Nouvelle phase de grands travaux au barrage de Marèges (Corrèze-Cantal)

16 Mar 2021

barrage de Marèges

Crédit photo Anthony Rizzi

Avec l’arrivée des beaux jours, la SHEM (Société Hydro-Electrique du Midi, groupe ENGIE) démarre une nouvelle phase de travaux au barrage de Marèges avec une phase spectaculaire : le changement des vannes de vidange situées au pied du barrage.

Les vannes de vidange sont un élément essentiel pour assurer la sécurité d’un barrage. Elles doivent pouvoir être manœuvrées à tout moment afin de vider le barrage et notamment en cas de crue exceptionnelle afin d’éviter une trop forte pression sur l’ouvrage. Par ailleurs, ces vannes servent également à délivrer le débit réservé, c’est-à-dire le débit d’eau relâché à l’aval du barrage qui permet d’assurer la vie aquatique dans la rivière. 

Le barrage de Marèges retient 40 millions de m3 d’eau. Pour assurer la sureté de l’ouvrage, deux lignes de vidanges dotées chacune deux vannes permettent de gérer l’eau sortante. Les travaux vont se dérouler sur deux ans afin qu’une des lignes de vidange soit toujours en fonction pour la sécurité et la préservation de l’environnement.  

La SHEM débute les travaux, coté amont, en obstruant l’entrée d’une de deux files de vidange. Des plongeurs spécialisés vont descendre à 80 mètres de profondeur dans l’eau noire pour poser un bouchon d’acier de 1 tonne. Ces travaux ont été d’ores et déjà préparés lors de plongées d’inspections préparatoires.  

Coté aval, la SHEM a fait procéder à la pose d’un échafaudage afin de permettre la réalisation des travaux. Pour changer les vannes qui avaient été posées lors de la construction dans les années 30, elle a fait réaliser en 2019 et 2020, une piste d’accès au pied du barrage et poser une grue capable de soulever les 8 tonnes, soit une des charges les plus lourdes des vannes. 

En parallèle, la SHEM poursuit ses travaux dans l’usine. Elle procède à la révision d’un des 4 groupes de production. Il s’agit de tout démonter, vérifier pièces par pièces et tout remonter avec la précision d’un atelier d’horlogerie. En effet, le moindre écart de cet ensemble de plusieurs tonnes pourrait entrainer, dans les 10 ans à venir, des pertes de production ou des usures anormales des pièces. Ces travaux sont entièrement réalisés en interne sous le pilotage de la Direction Technique en s’appuyant sur les compétences des agents de Marèges et ceux de l’Atelier de maintenance de la SHEM basé dans les Pyrénées-Atlantiques. Les travaux devraient s’achever au mois d’avril afin que le groupe puisse entrer en production en novembre 2021 pour l’hiver. La SHEM procède également à des travaux sur les vannes de prise qui permettent à l’eau d’entrer dans les galeries d’amenées puis dans les conduites forcées de chacun des groupes.

barrage de Marèges

Crédit photo Anthony Rizzi.

Découvrir d’autres articles :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

FACEBOOK
TWITTER
LINKEDIN
YOUTUBE
Share This